Le Millefeuille : Les calculs sont pas bons (Kevin) !

Depuis quelques années, en septembre, nous célébrons le Millefeuille !

L’occasion de revenir sur l’histoire de cette pâtisserie, constituée d’une superposition de trois couches de pâte feuilletée et de deux couches de crème pâtissière parfumée à la vanille, le tout surmonté d’un fondant ou de sucre glace. Elle tient évidemment son nom du nombre de feuillets qui composent sa pâte. Quoi que…

Celle-ci est traditionnellement réalisée en six étapes de pliages en trois, soit 729 paires de feuillets. Mais certains ont opté depuis pour un pliage en deux, ce qui nous conduit donc 2048 paires de feuillets au total (cf Le 2000 feuilles de Pierre Hermé).

Bref, à quelques centaines de feuillets près, nous obtenons donc notre Millefeuille !

Un gâteau attribué à Pierre de La Varenne.

Il serait le premier à avoir publié une recette de tourte à la frangipane dans Le Cuisinier François, en 1651.

Elle sera reprise et améliorée plus tard par le célèbre Antonin Carême (également créateur, entre autres, du Croquembouche), puis publiée dans sa version actuelle par Grimod de la Reynière, en 1810.

Mais le Millefeuille deviendra finalement l’une des créations “signatures” du pâtissier Sergent à la fin du 19e siècle. Un triomphe ! On dit que les clients affluent alors chaque jour vers la pâtisserie Seugnot, située rue du Bac à Paris, pour l’acheter par centaines..

Aujourd’hui, le Millefeuille trône également fièrement dans les vitrines des boulangeries-pâtisseries de nombreux pays.

Il est proposé dans des versions et des appellations différentes: la Tampouce, en Belgique et aux Pays-Bas, le Vanilla slice en Angleterre, le Cremeschnitte en Autriche.

Il est aussi très apprécié en Russie, où il porte le nom de Millefeuille Napoléon ou Gâteau russe. Une référence à l’Empereur qui se serait délecté de ce gâteau pendant sa campagne ? Ou à l’adjectif “napolitain”, certains estimant que les origines de la recette se trouvent à Naples ? Comme souvent, les avis divergent…

Quoi qu’il en soit, le Millefeuille reste unanimement associé à la France, où les passionnés le réinventent sans cesse !

Et si vous en doutiez encore, (re)plongez-vous donc dans l’œuvre de J. K. Rowling. Dans son célébrissime Harry Potter, la romancière a en effet baptisé le sorcier pâtissier qui empoisonnait les Moldu de ses gâteaux… Luc Millefeuille !

 

Photo Adobe Stock

Vous souhaitez en savoir plus sur les origines des desserts préférés des Français, l’histoire de tel ou tel ingrédient, pâtisserie, coutume ou expression gourmande ? Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle “La minute pur sucre” ! Le formulaire d’inscription ci-contre.

Pour vos Millefeuille et pour plein d’autres préparations ! 
Certains font des Millefeuille d’autres ont mille fonctions, à l’image de nos Masterchef qui réalise vos crèmes pâtissière, mais aussi citron, mousseline…
Vous souhaitez en savoir plus ? C’est ici !
Partager